You are currently viewing L’indice dans la vieille dentelle

L’indice dans la vieille dentelle

Le secret de la vieille dentelle (1980) n’est pas particulièrement aimé des fans de Nancy Drew, et il n’y a pas de mystère pourquoi. L’intrigue alambiquée s’appuie fortement sur des coïncidences et des suppositions chanceuses, et elle est entravée par un dispositif de méta-cadrage maladroit : la «détective fille» fictive participe au concours d’écriture d’un magazine. L’invite du concours : proposer une solution à un polar historique impliquant un message secret en français, cousu dans les poignets en dentelle d’un aristocrate belge fringant. À peine Nancy a-t-elle terminé son entrée qu’elle et ses fidèles copines, Bess et George, sont invités à rendre visite à un ami de la famille à—quelle surprise !— Belgique, où ils ont la chance de résoudre le mystère pour de vrai. Cue beaucoup d’expositions sur pilotis, apparemment composées par l’Office du tourisme de Bruges.

Pourtant, malgré ses défauts, Le secret de la vieille dentelle n’est pas seulement mon livre préféré de Nancy Drew; c’est un texte formateur dans ma carrière d’historienne de la mode. Longtemps après avoir oublié les détails de l’intrigue invraisemblable, je me suis souvenu des descriptions alléchantes du livre de point de regard, et les différences techniques minutieusement expliquées entre la dentelle aux fuseaux et la dentelle à l’aiguille. Je me souviens de Nancy tirant sa loupe sur un indice de mode dans un portrait accroché dans un musée, et sa découverte dramatique des manchettes perdues, cachées dans une poutre en bois dans un grenier poussiéreux.

C’était ma première introduction au travail d’investigation de l’histoire dans son sens le plus littéral, et cela a fait une forte impression sur cette aspirante détective (je devais avoir environ 10 ans quand j’ai lu le livre). Les compétences et les techniques utilisées par Nancy sont éminemment transférables aux historiens : poser des questions parfois inconfortables ; voyager à l’autre bout du monde pour étudier des objets « anciens » trop fragiles ou trop précieux pour laisser leurs archives (et perdre ses bagages en route) ; analyser un éventail de sources écrites, visuelles et matérielles ; des conservateurs et des gardes de sécurité aux paroles douces ; et soumettre des articles dans l’espoir d’être publiés, y compris celui que vous lisez.

On pense que le mot « dentelle » vient du latin lacéré, ce qui signifie attirer ou piéger, faisant probablement référence à son sol en forme de toile. Quelle meilleure métaphore pour un mystère absorbant et déroutant ? La transparence trompeuse de la dentelle a toujours été la clé de son allure. Aujourd’hui, on l’associe souvent à une féminité un peu vieillotte, grand-mère ou, au contraire, à l’effet coucou d’une lingerie coquine. Avant que la révolution industrielle ne mécanise le processus de fabrication de la dentelle, cependant, c’était un signe de richesse, porté par les hommes et les femmes et qui valait littéralement son pesant d’or. Jusqu’au début du XXe siècle, la dentelle faite à la main, neuve ou ancienne, est restée un luxe convoité, et donc un motif persuasif de crime. Comme l’a écrit Agatha Christie : « Tous les problèmes du monde peuvent être attribués à l’argent, ou à son manque. » C’est un fil conducteur qui traverse l’histoire de la mode, des anciennes lois somptuaires au « Bling Ring » démantelé en 2009.

L’histoire de la mode est rarement aussi simple que Nancy Drew m’a laissé croire, ou aussi périlleuse. Je n’ai jamais poursuivi d’attaquants fantomatiques dans des tunnels souterrains, comme elle le fait dans le livre. Je n’ai jamais été ligoté, bâillonné et enfermé dans un placard. Je n’ai jamais risqué ma vie pour appréhender un voleur de dentelles. Il y a moins de flips de judo et beaucoup plus de notes de bas de page. Mais je résous toujours des mystères à l’aide d’une loupe et de manuscrits jaunis. Des trésors textiles se retrouvent encore dans les greniers poussiéreux. Les portraits recèlent encore des secrets vestimentaires. Et, oui, j’ai été appelé une fois à déchiffrer un message français crypté cousu dans une pièce de musée. En ce qui concerne l’histoire de la mode, il reste beaucoup de mystères à élucider.

Kimberly Chrisman-Campbell sur InstagramKimberly Chrisman-Campbell sur Twitter

Le Dr Kimberly Chrisman-Campbell est historienne de la mode, conservatrice et journaliste. Elle est l’auteur de cinq livres dont, plus récemment, Skirts: Fashioning Modern Femininity in the Twentieth Century (St. Martin’s Press, 2022).

A lire sur un objet comparable:

Sites historiques et culturels majeurs protégés au niveau national (Gansu).,L’article ICI.

Guide pratique pour le marquage d’identification des biens culturels – C2RMF.,Le texte de l’article.. Suite sur le prochain article.

Secteur sauvegardé de Lille.,Cliquer ICI.